Kolo Rachelle : « Le Kita, le pagne Baoulé… sont confectionnés par nous… je ne pouvais pas trouver mieux »

    Partager sur Facebook
    Tweeter sur twitter

    Le champ des nouvelles technologies est un vaste domaine pourvoyeur de nouveaux emplois qualitatifs. Il y a par exemple la fonction de Community Manager exercé par des personnes ambitieuses comme Kamara Kolo Danielle Rachelle. L’ivoirienne passionnée d’informatique et exerçant dans une structure de la place, Rachelle Kamara est très ingénieuse et s’adonne avec plaisir à son dada : la promotion de la tenue traditionnelle ivoirienne. Quelles sont ses motivations et ambitions ? Allons à la découverte de cette femme entreprenante

    1- Comment vous est venue l’idée de créer la tenue traditionnelle ivoirienne ?

    Chacun de nous rêve que son pays d’origine puisse être bien vu par les autres. Et moi particulièrement, j’accorde un énorme crédit à ce principe. Et vu sous cet angle, la promotion des tenues nigérianes faites par des ivoiriens lors des cérémonies (Mariages et autres) a été un déclic pour moi. Toutefois, il est important de préciser que Je n’ai rien contre les tenues nigérianes ou le partage de cultures. Mais je me suis juste demander pourquoi devrais-je faire la promotion d’une culture autre que la mienne ?

    2- Dites-nous, Comment faites-vous pour vous procurer les différentes tenues? et comment faites vous la différence entre le vrai et le faux pagne tissé ?

    Une chose importante que je tiens ici à souligner, c’est que je voyage beaucoup. Et ces déplacements sont un moyen réel qui me permet de faire le choix des tenues. A défaut de voyager, je contacte mon réseau de tisserands qui connaît bien mes goûts et en fonction desquels le choix rigoureux est fait. Revenant à la différence entre le vrai et le faux, je ne saurais vous apporter une réponse précise.

    Seulement, il faut juste avoir de l’expérience et un certain tact. Je peux par exemple estimer la valeur d’un pagne rien qu’en le regardant et, en fonction de sa couleur, son éclat et des fils utilisés, il m’est possible de vous donner le coût en le touchant.

    3- Quelles sont les difficultés rencontrées dans l’exercice de votre activité ?

    La clientèle constitue la difficulté majeure. Les clients sont très imprévisibles vu qu’ils peuvent souvent désister au dernier moment.

    Un autre fait important dans ce cadre, c’est le non-respect de l’heure lors des mariages. C’est un véritable casse-tête qui chamboule tout un programme de travail. A supposer que nous avons 4 mariages bien répartis en une journée. Et que le premier sensé débuté à 10 heures débute à 12 heures, vous pouvez comprendre en ce moment-là que cela va empiéter sur les autres mariages. ‘’L’heure africaine’’ nous met en retard et du plomb dans l’aile.

    4- Alors, pourquoi habillez-vous vos clients spécialement dans des pagnes tissés au lieu des pagnes et tissus que nous connaissons ?

    Merci pour cette question qui me permet de faire une importante précision sur le pagne. Ce produit est fait en Hollande et non en Afrique. Les africains en sont juste les plus grands consommateurs. A contrario, les pagnes tissés que nous connaissons singulièrement le genre Kita, et Baoulé… sont confectionnés par nous. Et pour moi qui fait la promotion de la culture ivoirienne et africaine, je ne pouvais pas trouver mieux….nous avons tellement de beaux pagnes.

    5- Quel(s) message(s) véhiculez-vous ?

    L’Afrique en général et en particulier la Côte d’Ivoire regorge des richesses immenses dans le domaine de pagnes traditionnels, il faut juste les valoriser et les vulgariser comme on le fait au Burkina.

    6- A part la location de tenues traditionnelles, dans quel domaine d’activité exercez-vous ?

    Comme je l’ai dit à l’entame de mon propos, j’exerce actuellement dans une structure de la place en tant que Community Manager.

    7- Un mot à l’endroit de toutes les femmes qui nous suivent…

    Il faut croire en ses rêves…

     

     

     Credits photos :

    TTI, Gilles Yao

     


    Source : AfriqueFemme.com