La place des sucres dans l’alimentation des diabétiques

Partager sur Facebook
Tweeter sur twitter

Le diabète est défini par un excès chronique de glucose dans le sang : lorsque la glycémie à jeun est supérieure à 1,26 g/l et/ou supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.

Il existe trois sortes de diabète :

– Le diabète insulino-dépendant (diabète de type I), et représente environ 10 % des diabètes

– Le diabète non-insulino-dépendant (diabète de type II), et représente environ 90 % des diabètes

– Le diabète dit gestationnel, qui peut se déclarer pendant la grossesse, le plus souvent réversible après l’accouchement.

Si chacun de ces diabètes se caractérise par une glycémie en permanence trop élevée ou trop fluctuante, ils ne se déclarent pas pour les mêmes raisons et leur prise en charge est donc différente.

Auparavant, les régimes alimentaires des personnes diabétiques étaient stricts : forte limitation du pain et des féculents, et aucun sucre ou produit sucré. Aujourd’hui, ce n’est plus aussi contraignant. Une meilleure compréhension de la digestion et de l’absorption des glucides a permis d’améliorer les conseils diététiques fournis aux personnes diabétiques et ainsi de rendre plus flexibles leur régime alimentaire.

La part des glucides dans l’alimentation doit représenter entre 45% et 50% de l’apport énergétique total. Les produits sucrés sont autorisés, de préférence en fin de repas.

En revanche, les sujets diabétiques doivent toujours éviter de consommer des aliments et des boissons sucrées de manière isolée, entre les repas.