Odeurs vaginales : le bicarbonate de soude n`est pas la solution

Partager sur Facebook
Tweeter sur twitter

Les réseaux sociaux regorgent de trucs et astuces beauté. L’un des derniers conseils très partagés de ces derniers mois recommande d’utiliser le bicarbonate de soude pour se débarrasser des infections vaginales et des mauvaises odeurs intimes. Mais ce remède de grand-mère est loin d’être bon pour la santé.

Après le persil et l’ail, les réseaux sociaux plébiscitent un nouveau remède de grand-mère pour résoudre les tracas féminins : le bicarbonate de soude. De nombreuses publications Facebook et YouTube recommandent de faire des lavements vaginaux en mélangeant de l’eau avec la poudre blanche pour vaincre les mauvaises odeurs. Certains internautes avancent également que cet élément chimique permet de lutter également contre la candidose, car il « aide à restaurer l’équilibre du pH du vagin ».

Toutefois comme les conseils précédents, cette solution “naturelle” peut être dangereuse pour la santé intime des femmes. L’AFP Factuel qui a enquêté sur cette pratique, assure que l’élément chimique ne doit pas être mis en contact avec le vagin.
Interrogé par l’agence de presse française, Bernard Hédon, gynécologue au CHU de Montpellier et ancien président du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France, déconseille fortement d’utiliser le bicarbonate de soude pour les soins intimes féminins.

Des effets plus néfastes que bénéfiques
Si le produit peut, en effet sur le papier, agir sur le pH du vagin – un élément clé dans le développement des mycoses vaginales – son usage est déconseillé par les professionnels de la santé. « Le pH basique (supérieur à 7) n’est pas un bon pH pour le vagin, cela va tuer certaines bactéries pour en laisser proliférer d’autres, parfois plus redoutables » précise l’expert.
De plus, il y a également un risque d’utiliser trop de produits. Un surdosage peut brûler les utilisatrices comme de la “chaux vive ». Les patientes peuvent alors souffrir d’inflammations et d’irritations.
Le docteur Carlos Álvarez, ex-président de l’Association Colombienne d’Infectiologie, également interrogé par nos confrères ajoute « un lavage vaginal au bicarbonate va alcaliniser le pH, l’élevant au-delà de 5 et autorisant ainsi la croissance de bactéries étrangères au vagin qui pourraient l’infecter et provoquer une vaginose. »
Par ailleurs, si le bicarbonate de soude a un réel pouvoir sur les mauvaises odeurs de la maison, il n’agit pas sur celles du vagin.

On ne lave pas son vagin
Le vagin est un organe « auto-nettoyant ». Il abrite des bactéries appelées lactobacilles qui assurent le ménage. Elles sont également responsables de l’acidité du vagin. Grâce à leur action, le pH tourne entre 3,5 et 4,5, ce qui tient à distance de nombreux germes pathogènes. Ainsi, les douches vaginales ne sont pas recommandées en général, car elles désorganisent totalement cet équilibre bactérien.

Consulter en cas de problèmes intimes
Par ailleurs, si les problèmes intimes sont parfois embarrassant à évoquer avec autrui et peuvent justement nous pousser à nous tourner vers l’anonymat d’Internet, il est préférable de consulter un gynécologue lorsqu’on est gêné par son odeur vaginale ou une mycose.
En plus de pouvoir cacher des troubles gynécologiques, les traitements disponibles, actuellement, sont plus efficaces que le remède de grand-mère préconisé par les youtubeuses et influenceuses adeptes des trucs et astuces.


Source : AfriqueFemme.com