Perte des cheveux pendant la grossesse et après l’accouchement : des traitements existent

Partager sur Facebook
Tweeter sur twitter

Certaines femmes enceintes verront leur chevelure devenir plus flamboyante, soyeuse à leur grand plaisir, tandis que d’autres trouveront leurs cheveux plus ternes, cassants, plus gras et moins souples que d’habitude.

L’augmentation de l’œstrogène et la prise de suppléments vitaminiques déstabilisent souvent le cuir chevelu et le cycle de production de sébum. On remarque même que la texture du cheveu peut changer du tout au tout, passant de lisse à frisé. Nous savons que la plupart du temps, l’œstrogène aide à vitaliser les cheveux et à favoriser la régénérescence des follicules.

De plus, l’augmentation du métabolisme durant la grossesse occasionne des changements au niveau du cuir chevelu comme à bien d’autres endroits du corps de la femme enceinte.

Même si toutes les femmes peuvent déclencher une alopécie lors de leur grossesse, sans jamais avoir eu de problème de perte des cheveux auparavant, certaines femmes présentent une prédisposition et devront être attentives :

– Les femmes souffrant d’anémie avérée ou étant souvent fatiguées,

– Les femmes présentant des problèmes thyroïdiens ou autres dérèglements hormonaux,

– Les femmes généralement stressées au quotidien,

– Les femmes qui fument la cigarette,

– Les femmes souffrant de carences alimentaires,

– Les femmes ayant déjà été touchées par des épisodes d’alopécie androgénétique.

Contrairement aux idées reçues, il convient de souligner que les femmes végétariennes, végétaliennes, intolérantes au gluten ou aux produits laitiers ont souvent un régime alimentaire très équilibré, et qu’elles n’ont pas de raison de s’inquiéter lors de la grossesse.

Traitements

Un spécialiste vous conseillera le traitement adapté en fonction de la cause qui a provoqué la perte de vos cheveux. Généralement, les traitements sont de trois sortes :

– Le traitement local, qui consiste à masser régulièrement le cuir chevelu en faisant de petits cercles, afin de stimuler les glandes sébacées et la circulation sanguine du cuir chevelu.

– Le traitement oral, sous forme de compléments alimentaires en cas de carence, ou de remèdes homéopathiques.

– Le traitement hormonal, si la cause de l’alopécie est un dérèglement des hormones dans l’organisme.

Bien entendu, si la cause est une carence alimentaire, il conviendra à la femme de veiller à adopter une alimentation équilibrée et à augmenter les quantités ingérées pour subvenir aux besoins du fœtus.

 

 

 


Source : AfriqueFemme.com