Pour 45% des femmes leur partenaire ne prend pas en compte leur besoin sexuels parce qu`il pense tout savoir

Partager sur Facebook
Tweeter sur twitter

Un nouveau sondage révèle que beaucoup de femmes estiment qu’elles n’arrivent pas à atteindre l’orgasme parce que leur partenaire ne cherche pas à connaître la bonne façon de leur faire atteindre le septième ciel tout simplement parce qu’il estime le savoir. 

 »Pour les filles, la révélation de la sexualité passe par un véritable apprentissage qui peut durer parfois des années. 54% des femmes interrogées ont connu leur premier orgasme vers 18 ans voire plus.” C’est ce que rapporte un nouveau sondage sur la sexualité des femmes, réalisé par Les Nanas d’Paname et Terpan Prévention. Il est long pour une femme d’apprendre à connaître son propre corps et comment atteindre le plaisir alors imaginez pour un homme !

 »L’autre ne peut pas tout savoir, tout deviner. D’où l’importance de parler sexualité »

Le problème c’est que question éducation sexuelle il semble que les hommes pensent à tort connaître le plaisir féminin alors que c’est loin d’être le cas.
Sur le long chemin vers l’orgasme, 45% des sondées ont répondu que si elles avaient du mal à l’atteindre à deux c’est souvent parce que : “leurs partenaires ne prendraient pas en compte leurs besoins sexuels parce qu’ils estiment tout simplement connaitre parfaitement leurs besoins sans les connaitre. 37% parce que leurs partenaires ne se posent même pas la question, 23% parce qu’ils restent encore trop gênés (tabou, honte) ou que 21% de leurs partenaires n’y connaissent simplement rien à l’anatomie féminine.” 

87% des filles interrogées ont répondu parler ouvertement de sexe avec leur partenaire actuel. Mais il y a parler de sexe et parler de sexe ! Les sujets sont ils pour autant constructifs ? En matière de sexualité, même si on a peur de vexer son amant, il faut comprendre que “l’autre ne peut pas tout savoir, tout deviner. D’où l’importance de parler sexualité et progresser avec un partenaire attentif sur le chemin de l’extase”, commente Chloé Bonnard, fondatrice du collectif Les Nanas d’Panames. 

Les deux partenaires doivent se libérer de la pression de l’orgasme

En effet si la parole se libère, il est important qu’elle se libère dans le bon sens. “Se connaître n’a pas pour but de s’occuper en solo face à un partenaire autocentré sur son désir ou ne s’interrogeant pas sur les besoins sexuels au féminin”, ajoute Chloé Bonnard. Il est également important que du côté du partenaire, l’écoute soit au rendez-vous.
La course à l’orgasme est un frein dont hommes et femmes doivent se libérer. « Il ne faut surtout pas se mettre de pression, au contraire c’est en se libérant du diktat de l’orgasme qu’on optimise nos chances de l’atteindre ».