Votre jean bleu, plus polluant que l’on puisse le croire

    Partager sur Facebook
    Tweeter sur twitter

    L’impact environnemental des fameux jeans bleus est largement sous-estimé : en moyenne, ils parcourraient une fois et demie le tour de la Terre avant d’atterrir dans les boutiques. C’est sans mentionner le nombre inquiétant de produits chimiques nécessaires à leur fabrication.

    L’Américain moyen achète quatre jeans annuellement. Ce vêtement est considéré comme le plus porté à l’échelle mondiale : près de cinq milliards de jeans sont produits par année sur le globe.

    Du champ jusqu’à la boutique, le jean peut parcourir près de 65 000 kilomètres, c’est-à-dire une fois et demie le tour de la Terre ! Chaque pantalon est composé d’environ 600 grammes de coton, et lorsque celui-ci n’est pas issu de l’agriculture biologique, les pesticides et engrais chimiques polluent les sols et la nappe phréatique.

    La fameuse couleur bleue est obtenue grâce à un processus de teinture qui nécessite d’importantes quantités d’eau, en plus d’utiliser des acides métalliques. L’aspect délavé, particulièrement à la mode, nécessite la propulsion de sable sur le tissu, un procédé très toxique pour les travailleurs.

    Il est estimé que 70 % des cours d’eau en Asie sont contaminés par les 2,5 milliards de gallons d’eaux usées qui sont produits par l’industrie textile du continent.

    Comment réduire son impact

    – Portez vos jeans plus longtemps avant de les laver;

    – Donnez une deuxième vie à votre vêtement : transformez-le en chiffon ou donnez-le à un organisme de bienfaisance;

    – Achetez des jeans en coton bio ou de seconde main.


    Source : AfriqueFemme.com